Mes données numériques sont en danger. Et vous !

Sécurité numérique : “Les risques sont réels…”

La crise sanitaire nous a clairement démontré notre entière dépendance au numérique face à une guerre, une guerre avec un ennemi invisible.

Comme toutes les guerres, il y a les profiteurs de guerre qui, de manière spéculative ou délictueuse, tirent un enrichissement personnel de la situation. Ces profiteurs ont profité des failles de sécurité informatique chez les particuliers, les entreprises et les collectivités pour mener une seconde guerre, celle ci aussi invisible en s’attaquant aux équipements informatiques, aux réseaux de transmission des données et finalement aux données proprement stockées d’un certain nombres d’Yvelinois et Yvelinoises ou d’entreprises et collectivités Yvelinoises pour s’en emparer.

La sécurité informatique est un enjeu majeur de notre territoire, les Yvelines, comme tous les autres territoires de France. On assiste à une augmentation importante des failles potentielles, car les particuliers, les sociétés, leurs salariés et les collectivités sont de plus en plus connectés. Le stockage de données personnelles ou professionnelles attire ces personnes mal intentionnées, qui cherchent à se les procurer pour en tirer partie. Pour mieux comprendre le contexte actuel et les risques liés à la sécurité informatique, nous ouvrons une voix dans cet article sur la protection des données et une voie sur la notion de confiance qui devient essentielle pour les prochaines années.

La crise sanitaire nous a aussi montré notre dépendance à l’industrie hors de nos territoires. Finalement, les habitants, les entreprises et élus du territoire des Yvelines sont dépendants de forces que nous ne maitrisons plus. Cette dépendance nous a fait prendre conscience de l’enjeu majeur de faire du territoire des Yvelines un acteur indépendant dans de nombreux domaines et en particulier dans le traitement de nos données et leur transmission.

Un peu d’histoire – Les données, leur transmission et leur confidentialité

De tout le temps, la transmission des messages urgents ou secrets joue un rôle primordial dans la vie des individus et dans celle des peuples. À cette fin, les moyens les plus rudimentaires comme les procédés les plus extraordinaires ont été utilisés. Le feu peut transmettre rapidement un message selon un code convenu. Mais on comprendra facilement l’imperfection d’un tel procédé qui n’offre pas toutes les garanties désirables de sécurité de visibilité.

L’importance que peut avoir la transmission d’une dépêche à très rapidement engagé les hommes à recourir à des moyens plus sûre. On lui a préféré le courrier à pied ou suivant les circonstances et le caractère de la tâche à remplir le courrier à cheval. Quelque soit les circonstances la mission de porter un message a toujours été confiée à des hommes courageux intrépide capables de tromper la vigilance de l’ennemi.

Mais la vaillance ne suffit pas. Le messager doit être aussi intelligent et capable d’apprendre par cœur lors de la transmettre afin que celui-ci ne puisse tomber entre les mains de l’adversaire. Au moment de la conquête de la Gaule, Jules César avait organisé un remarquable service de courrier. Si il y a des héros obscure victimes de leur devoir parmi les milliers de courrier qui est au cours des siècles ont parcouru en tous sens des routes des cinq continents, traverser les profondes forêts des pays de lest vaincu les horizons infinis de vastes plaines pour porter toujours plus vite les dépêches qu’ils étaient confiées.

Dès le XIXe siècle la transmission des dépêches par bateau à vapeur ou par chemin de fer c’est une révolution bientôt dépassé par l’application de l’électricité au téléphone et au télégraphe sans oublier non plus les services insignes rendu par l’avion au XXe siècle. Ses découvertes modifient complètement la communication des nouvelles qui pouvaient se faire à un rythme déconcertant et avec des risques pratiquement nul.

Si le téléphone est presque toujours plus rapide que le télégraphe, il présente l’inconvénient de ne pas laisser de documents donc de preuves écrites. C’est pourquoi on lui préfère souvent le télégraphe. On n’était pourtant pas au terme des grandes découvertes. L’une des plus récentes est la plus sensationnelle aura été celle du téléscripteur.

L’expéditeur et le destinataire doivent disposer d’un appareil dont l’aspect extérieur et celui d’un petit bureau américain muni d’un clavier alphabétique sur lequel l’expéditeur transcrit sur message que le téléscripteur du destinataire à quelques centaines ou quelques milliers de kilomètres de distance – enregistre simultanément.

Un dispositif électrique commande automatiquement les lettres du clavier récepteur et reproduit le texte en deux exemplaires. Le destinataire peut répondre immédiatement à son correspondant. Un véritable échange de messages s’établit.

Le téléscripteur offre deux avantages sur le téléphone, il ne se produit jamais de fatigue ni de brouillage des sons puisque la missive neutre se transmet par écrit et laisse ainsi un document témoin. Le message urgent garde toutefois un caractère très particulier et le plus souvent laconique ; le texte étant condensé. Il ne saurait remplacer la lettre manuscrite que les services des postes de tous les pays distribuent journellement par centaines de milliers. La lettre reste la forme la plus courtoise et la plus appréciée pour transmettre à ceux dont on est éloigné et que l’absence attriste les sentiments d’affection et des marques d’amitié que la vie on transporte plus vite que jamais. Puis sur cette très ancienne forme d’expression qui reste un des plus précieux instrument de l’intelligence du cœur se perpétuer dans le en marge des progrès extraordinaires de la technique.

Sommes-nous revenus à l’âge de pierre d’il y a 2500 ans avec la transmission et le stockage de nos données ?

A l’aire du numérique, nos données sont stockées sur nos terminaux ou transmissent sur les réseaux de télécommunications telles des fumées d’un relais à un autre relais sans que nous ayons un contrôle du chemin qu’elles empruntent ou des intermédiaires ou témoins qui se les approprient. Finalement, on nous explique que l’avenir est au Cloud, au nuage.

Communiquer des informations à plus ou moins longue distance a toujours été une préoccupation pour l’être humain. Mais finalement, nos données sont potentiellement devenus disponibles en tout coin du monde, ne serait ce pour l’individu qui s’y intéresse et qui est connecté à Internet, si on ne prend pas assez garde à notre environnement numérique.

La vitesse de communication n’est plus celle du coureur à pied car la réception devient instantané mais les messagers recevant l’information ne sont plus uniquement ceux auxquels nous avons transmis cette information ! Internet est le réseau informatique mondial accessible au public.

Internet est ainsi devenu une révolution majeur au cœur de nos données

L’ordinateur est un équipement électronique capable de réaliser rapidement des opérations mathématiques, logiques, des manipulations de chaînes de caractères ou des recherches. L’ordinateur a été inventé pour aider les scientifiques à calculer. Finalement, il nous sert à stocker nos données numérisées et à communiquer avec le monde qui nous entoure.

Historiquement, il a servi à décoder des messages interceptés et codés au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Le principe de l’ordinateur a été établi par deux anglais : Charles Babbage et Alan Turing.

En 2007, l’iPhone d’Apple est le premier téléphone à interface multi-touche. En plus de téléphoner, il permet de stocker des fichiers et de naviguer sur internet.

L’ordinateur a évolué d’année en année pour ainsi nous proposer des télévisions connectées, des frigidaires connectés, des passerelles internet multi-services, des smartphones et de nombreux autres objets connectés. Finalement, tout ce qui nous entoure devient connecté et embarque un ordinateur quelque soit sa capacité de traitement.

Ce rappel à la technologie et à “notre” histoire nous montre que le numérique et Internet ont bouleversé complètement nos usages, notre quotidien et nos vies ainsi que celles de nos proches. Les données, qu’elles soient de type courrier écrit, courriel, photo, ou information sensible, sont devenues très facilement transmissibles avec l’internet Numérique. Mais leur transmission et leur confidentialité sont en danger.

Faut il revenir au télégraphe pour conserver la confidentialité des données

L’invention du télégraphe date de la fin du XVIII siècle, avec la mise au point du télégraphe de Chappe, un français. L’électricité améliorera considérablement l’usage du télégraphe : elle va permettre une transmission instantanée de l’information et un fonctionnement par tous les temps, de jour comme de nuit. Le message se propage le long de fils électriques installés sur des poteaux. Il connaît son véritable succès grâce à Samuel Morse qui élabore un code simple composé de deux signes. Les signaux codés utilisés devaient en être les garants mais, pour plus de sûreté, les employés du télégraphe de chaque “station” furent choisis pour une compétence bien singulière : le secret.

Le secret n’est pas une nouvelle forme moderne du développement des technologies. Il est tout au contraire présent à la naissance des premières découvertes au fondement des plus anciens équipements et les hommes et femmes sont choisis pour sauvegarder et transmettre ces secrets.
Malheureusement de nos jours, avec les avancées technologiques, Il s’agit de s’informer avant que l’information ne s’écoule, d’en user plus vite que tous les autres le contenu et, pour ce faire, il devient plus facile d’y avoir accès avec les nouveaux réseaux de communication numérique car l’internet est devenu accessible à tous.

Les réseaux de communication

La communication permet ainsi aux êtres humains de vivre et communiquer ensemble. Cette communication directe entre personnes se fait par la parole ou par les gestes. Mais pour échanger des idées ou partager des connaissances entre des gens qui sont loin, il faut des moyens pour transmettre ces informations à distance. Nos données peuvent circuler en tout lieu d’un territoire via un ensemble organisé de voies de communication et d’équipements de transmission. Cet ensemble forme un réseau. Le téléphone, le smartphone, la télévision, la radio forment un réseau de télécommunication qui envoie et reçoit des messages. Un appel téléphonique d’un téléphone ou portable est transformé en signal puis transmis par un fil ou sans fil au destinataire. Les signaux de télévision et de radio sont envoyés par fil à l’émetteur, où ils sont transformés en ondes radio invisibles, lesquelles vont voyager dans l’air jusqu’au récepteur.

Certains individus sans bruit sont dangereux. Il n’en est pas ainsi des autres”. Finalement, nos équipements et nos réseaux de communication sont -t’ils sans bruit ?

Photo by Asif Pav from Pexels