Digital : vers plus de sobriété ?

Lorsqu’on utilise d’habitude le terme de sobriété, évidemment on pense de suite à l’alcool…alcool dont on se débarrasse souvent lors de cures de désintoxication. Cures qui existent d’ailleurs aujourd’hui sous la forme de « digital detox » pour nous permettre de réduire notre addiction à nos précieux compagnons numériques (ordinateurs, tablettes, Smartphones). Il est en effet temps de réaliser à quel point aussi, le numérique n’est pas si « écolo » que cela…

En première approche la praticité accrue, l’automatisation galopante et la multiplication des applications pour tout, nous entraine à appuyer sur plus de boutons pour nous simplifier la vie…La folie ambiante nous fait définitivement confondre « l’outil » et la « fin ». Or, lorsqu’on utilise mal un outil (essayez avec un marteau…), cela peut faire des dégâts considérables. Lorsque par exemple, la mode est à stopper toutes les impressions papier au profit de l’envoi de pdf, nous exultons pour la planète en affichant un sourire candide. Certes, c’est déjà un beau geste, mais il ne résout pas tout. Savez-vous quel est l’impact d’envois d’emails avec des pièces jointes sur l’environnement ?

A l’aube du lancement grand public de la 5G, savez-vous que la majorité des Smartphones devront être changés car non compatibles, bien que dans un état de fonctionnement optimal ? Et par là même, que 80% de l’impact carbone d’un mobile est lié à sa fabrication ? Si les applications rendues possibles par la 5G semblent importantes pour l’industrie et les entreprises, le passage à la 5G est-il vraiment nécessaire pour nous, pour lire des emails, consulter des sites web et envoyer des SMS ? Aujourd’hui, 80% du trafic Internet est mobilisé par le streaming (lecture de fichiers audio ou vidéo en continu), et je ne vois pas ici comment cela va se réduire…Privilégier le Wifi est une évidence alors qu’il a un impact sur l’environnement de plus de 20 fois inférieur que le réseau data mobile (3G, 4G…).

Le numérique représente 4% des gaz à effet de serre au niveau mondial et pourrait atteindre 8% d’ici à 2025. Il est donc temps de changer nos comportements et par exemple :

  • Changer de téléphone le moins souvent possible
  • Privilégier l’envoi de liens vers des fichiers (vs l’envoi de fichiers) et placer les fichiers sur le « cloud » (stockage de fichiers partagés)
  • Privilégier l’utilisation du WIFI vs le réseau mobile data (3G, 4G, 5G…)
  • Télécharger les fichiers à lire vs les lire en streaming

Quelques liens utiles pour finir :

  • Green IT, association des acteurs pour un numérique responsable
  • Se passer des GAFAM, c’est possible trouvez ici de nombreuses applications libres et toutes aussi efficaces
  • Telecoop, premier opérateur mobile coopératif responsable
  • Tout savoir sur l’indice de réparabilité de votre Smartphone et de vos autres appareils

Crédit photo : Ville vecteur créé par vectorjuice – fr.freepik.com

Partagez