« La morale peut se coder, l’éthique non »

« La morale peut se coder, l’éthique non »

Luc de Brabandere est ce genre d’homme avec qui une conversation peut commencer dans l’après-midi et s’achever le soir tombé, sans qu’on ait vu le temps passer. Consultant (il est Fellow au Boston Consulting Group), conférencier, mathématicien, informaticien, philosophe… Le Belge, à bientôt 70 ans, renoue avec la tradition de ces savants multicartes que l’on s’arrache, dans les entreprises comme dans les colloques, tant pour son érudition que pour ses bons mots lâchés avec roublardise. Nous l’avons rencontré à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Homo Informatix (Le Pommier), sorte de portrait de famille des pères méconnus (et non des mères, hélas) des maths, de la logique, et de l’informatique, mais aussi petit manuel de réflexion à l’usage des utilisateurs passifs que nous sommes tous devenus grâce, ou à cause d’eux.

5a0419e808df0

via « La morale peut se coder, l’éthique non » ⇑

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.